Retour sur réunion publique Plan Climat Air Énergie Territorial du Grand Sénonais

La dernière réunion publique "participative" du Plan Climat Air Énergie Territorial s'est tenue hier soir à #Gron en présence de nombreux élus du conseil d´agglomération.

Obligatoire à l'échelle communale depuis , il aura fallu attendre 4 ans pour que les élus locaux, qui de l'aveu même d'un des leurs hier soir se sont sentis obligés plus qu'intéressés, s'emparent de l'écriture de ce PCAET dont les objectifs sont:

  • La réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES)

  • L´adaptation au changement climatique

  • La sobriété énergétique

  • La qualité de l’air

  • Le développement des énergies renouvelables.

Le sentiment premier à l'issue de cette réunion est qu'à part le maire de Gron,

Monsieur Perennes, l'ensemble des élus présents hier soir qui se sont succédé pour présenter les différents axes du projet n'ont aucune appétence pour ces questions environnementales.

La majeure partie des solutions proposées, copié collé des propositions de l'#ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise des Énergies) qui interroge d'ailleurs sur la nécessité de payer un cabinet de conseil, ne sont que des propositions d'actions qui seront ensuite déclinées ou non selon le bon vouloir des élus.

Mon second sentiment, c'est que l'unique boussole qui guide ces élus locaux est celle d'un monde libéral vieillissant et mourant dans lequel il faudrait susciter et inciter des comportements individuels vertueux pendant que la puissance publique continue sa marche en avant.

La prise de parole de Mme Fort fût à cet égard très claire sur l'absence de réelle volonté de changement et sur les intentions en matière économique : Installer des plateformes logistiques à grande échelle afin de permettre de créer des emplois pour satisfaire une main d'œuvre non qualifiée. Peu importe la contradiction entre l'installation de tels centres logistiques et la nécessaire baisse des émissions de gaz à effet de serre.

L'argumentaire est toujours le même : Il faut bien développer l'économie locale et créer de la richesse pour créer de l'emploi. Le problème, c'est que la filière logistique est l'une des plus émettrices de CO2 et l'une des plus destructrices d'emplois, sans compter les conditions de travail abominables qu'absolument aucun des élus ne pourrait supporter.

"Tout le monde achète chez Amazon, c'est un fait" selon Mme Fort.


Oui, c'est un fait. Il est donc de notre devoir de nous opposer au pire. Ce n'est pas du goût de la très autoritaire MLF qui a prononcé fois en minutes

d'une intervention d'une platitude inouïe le mot "pancarte", elle qui n'avait pas mentionné une seule fois dans son programme le mot "logistique"....

Propos recueilli auprès de Jérôme Thiriet: Membre de la collégiale de Sens - Écologie et Solidarité Suppléant de Manon DENE, candidate aux élections législatives 2022 pour la #NUPES