QUI SOMMES NOUS ?

Nous sommes des citoyennes et citoyens Sénonais désireux d'agir ici et maintenant pour que notre ville s'engage dans une politique écologique et solidaire, qui lui permettra enfin de réaliser son potentiel et de devenir une municipalité modèle, à l'heure où les risques environnementaux et sociaux sont plus élevés que jamais.
Notre liste est soutenue par Europe Ecologie Les Verts, La France Insoumise, le Parti Communiste Français, et Génération Ecologie

Sens - écologie et solidarité a adopté :
 

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
Logo EELV
FIlogo.png
logo PCF.png
logoGenerationEcologie.png
TRACT V5 FINAL.jpg

Abonnez-vous à notre liste de diffusion :

Alain MARIE

Président de la section locale de la Ligue des Droits de l'Homme, "vieux-soixante-huitard" (indésirable en Côte d'Ivoire après mai-juin 68), père de trois fils, à Sens depuis 1995 (deux défaites honorables lors des municipales de 2001 et 2014), anthropologue africaniste maître de conférences h.c. à Paris 1-Panthéon-Sorbonne et chercheur au Centre d'Etudes Africaines (EHESS), pensionné de la République depuis 2007 (à 67 ans, bel "age-pivôt" !)

 

Pourquoi ? Eh bien parce que je suis révolté contre les injustices de ce monde que, comme beaucoup, j'ai combattu en croyant qu'il y avait une solution ("Une seule solution, la Révolution" était l'un des actes de foi de mai 68).

Puis, à cela s’est ajoutée plus récemment la conscience du danger de mort pour la planète et le vivant qu'à chaque moment (ou même nanoseconde !) détruisent inexorablement la "Loi du Marché", la voracité d'accumulation néo-libérale et l'adoration du Veau d'Or par les oligarchies et leurs fondés de pouvoir dans les appareils d'Etat.

Face à ce désastre annoncé, il faut oser des utopies révolutionnaires, c'est-à-dire inédites et radicales. Et ne pas se laisser prendre au chantage (bien orchestré) sur le thème du libéralisme (ou du capitalisme) comme horizon indépassable de notre histoire humaine, puisque toute autre formule, socialiste ou communiste, aurait débouché sur des formes de totalitarismes.

Or, sauf en de très brèves périodes (le printemps de Prague, le Chili d'Allende...), ni le socialisme ni a fortiori le communisme n’ont jamais été incarnés, mais sous le label, ce qui a prévalu c'est le pouvoir sans partage d'une bureaucratie et d'une bourgeoisie d'Etat (cf. la Chine prétendument communiste où règnent simultanément le capitalisme et l'oppression totalitaire). Il y a donc des solutions alternatives au triomphe mortifère du capitalisme et ces solutions, "penser global, agir local", il faut les imaginer et les mettre en œuvre de toute urgence, "ici et maintenant", notamment à la faveur des municipales.